BUREAU DE PRESSE SABINE ARMAN

HALABEOJI // Martine Prost – L’Asiathèque

Halabeoji de Martine Prost

Domaine coréen • Collection « Liminaires » • 56 pages – 8 € • Format : 10,1 x 18 cm • isbn : 978-2-36057-075-1

Amoureuse en Corée

Saviez-vous que le choix du prénom obéit dans la tradition coréenne à des règles très strictes ? Et que, de même, le choix d’une épouse est soumis à un système de valeurs ancestral ? Le jeune « Racine montante » (c’est bien là la traduction littérale de son prénom, Seung-geun) et la jeune Française s’aiment. Mais il va falloir compter avec Halabeoji (le « grand-père »)…

« “Sans son accord, rien de possible”, m’avait confirmé la mère de Seung-geun. Il allait falloir se présenter à lui. Il allait falloir me faire adopter. Pas par mes manières, pas par mon allure, ni même par mon langage, surtout pas par mon langage. » Telles sont les consignes que reçoit la jeune Française, autrement dit Martine Prost elle-même, avant de comparaître devant Halabeoji, le grand-père érudit, médecin et spécialiste des plantes. Une situation inédite pour la jeune femme qui, non sans humour, nous livre le récit de cette rencontre. L’attente du verdict sera longue et le résultat inattendu et inespéré…

On ne résiste pas à la plume acérée de Martine Prost, à l’accès intime et immédiat à la culture coréenne qu’elle autorise à la manière vive et empreinte de tendresse avec laquelle elle évoque son entrée dans la famille de Seun-geun et les relations homme-femme en Corée.

Martine Prost, auteur de Scènes de vie en Corée (l’Asiathèque, 2011), a été directrice de l’Institut d’études coréennes au Collège de France et maître de conférences à l’UFR de langues et civilisations orientales de l’université Paris-Diderot. Spécialiste incontestée de la Corée, elle vit désormais dans son pays d’adop-tion, qu’elle contribue à faire connaître aux Français par ses écrits qui constituent une initiation à la Corée la plus ancestrale et la plus contemporaine. Un pari réussi.


Halabeoji fait partie de la série de livres qui seront publiés par l’Asiathèque à l’occasion de l’Année France-Corée, qui a débuté en septembre 2015, et du Salon Livre Paris 2016, où la Corée est invitée d’honneur.

C’est le second titre de la collection « Liminaires », une collection de textes littéraires témoignant d’un ailleurs géographique et culturel. Le premier titre, Une tablette aux ancêtres, de Stéphane Corcuff (2015), narre la découverte par un jeune universitaire français d’une tablette aux ancêtres dans une maison abandonnée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 5 février 2016 par dans ÉDITION, et est taguée , , , .
%d blogueurs aiment cette page :